Rechercher un document

On vous souffle des idées et des extraits...

Partager "L'art de voyager" sur facebookPartager "L'art de voyager" sur twitterLien permanent
Partager "Saison & sentiments" sur facebookPartager "Saison & sentiments" sur twitterLien permanent
Partager "Rentrée littéraire" sur facebookPartager "Rentrée littéraire" sur twitterLien permanent
Partager "Musique et Amérique Latine" sur facebookPartager "Musique et Amérique Latine" sur twitterLien permanent
Partager "Lisez plus loin" sur facebookPartager "Lisez plus loin" sur twitterLien permanent
Partager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur facebookPartager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur twitterLien permanent

Moins qu'hier, plus que demain (FABCARO)

note: 3... Marylène - 11 juillet 2018

BD vendue avec le bandeau « Par l’auteur de Zaï Zaï Zaï », méthode commerciale agaçante... Mais force est de reconnaître qu’il y a un vrai style Fabcaro. Et si ce n’est pour vendre, c’est au moins pour avertir. Un [...]

L'obsolescence programmée de nos sentiments (ZIDROU)

note: 3... Marylène - 3 juillet 2018

Belle BD pour évoquer ceux que l’on nomme pudiquement les seniors en public et les p’tits vieux en coulisse.
Si l’on débat souvent dans les médias des évolutions du mode de vie des enfants et adolescents, il est plus rare de [...]

Les Conquérantes (Petra Biodina VOLPE)

note: 3... Marylène - 20 juin 2018

Hommage aux militantes qui ont combattu pour obtenir le droit de vote des femmes extrêmement tardif en Suisse…1971 !
La révolution sexuelle souffle du côté de Zurich mais les femmes isolées dans des cantons ruraux sont encore loin d’en ressentir [...]

Les Derniers Parisiens (HAMÉ)

note: 3... Marylène - 20 juin 2018

Le Panam des « titis » de la gouaille, de la débrouille, de la survie. Pigalle la nuit, violence contenue et poésie clandestine. Derrière ce film de gangster qui n’en est pas un, se révèle une pépite d’émotions.
Le Paris [...]

Critique

 

Une vie avec Alexandra David-Néel n° 2
Une Vie avec Alexandra David-Néel (Frédéric CAMPOY)

note: 2Une vie intrépide pour une BD sans audace Marylène - 6 mai 2017

Alors oui déception. Même si bien-sûr on y trouvera des qualités.
Le sommet devait être trop haut pour que l’ascension soit aisée, il faut reconnaître que les auteurs s’attaquaient à un sacré monument!
Il est frustrant pour le lecteur avide de paysages tibétains, de rester de longues années enfermé avec Alexandra David-Néel acariâtre et sa « femme à tout faire » dans sa forteresse de Digne.
Bien-sûr, cette oppressante observation de la senescence de l’aventurière n’est pas sans intérêt.
On y découvre un caractère excessif là où l’on s’attendait à une retenue exemplaire de la part d’une bonze. Et c’est là la visée de ce diptyque, révéler l’enfant blessée derrière la femme indomptable.
Sa dualité rend nos réactions ambivalentes elles aussi. Entre répulsion face à la violence psychologique (cette Marie-Madeleine en martyre consentante!) et une profonde admiration pour son incroyable parcours.
Alexandra David-Néel même à 100 ans n’avait rien d’une gentille petite mamie sénile et elle voulait que ça se sache ! Force de la nature, bête de travail, puits de sciences jusqu’au dernier souffle.
Une empreinte forte bien restituée dans le récit, mais un survol des 14 années de voyages en Asie comme une anecdote…