Rechercher un document

On vous souffle des idées et des extraits...

Partager "L'art de voyager" sur facebookPartager "L'art de voyager" sur twitterLien permanent
Partager "Saison & sentiments" sur facebookPartager "Saison & sentiments" sur twitterLien permanent
Partager "On veut de la neige à Noël" sur facebookPartager "On veut de la neige à Noël" sur twitterLien permanent
Partager "Les meilleurs romans de l'automne" sur facebookPartager "Les meilleurs romans de l'automne" sur twitterLien permanent
Partager "Rentrée littéraire" sur facebookPartager "Rentrée littéraire" sur twitterLien permanent
Partager "Musique et Amérique Latine" sur facebookPartager "Musique et Amérique Latine" sur twitterLien permanent
Partager "Lisez plus loin" sur facebookPartager "Lisez plus loin" sur twitterLien permanent
Partager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur facebookPartager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur twitterLien permanent

Les Pieds sur Terre (Batiste COMBRET)

note: 4Don Quichotte made in Landes Laëtitia - 17 avril 2018

C’est tout d’abord un coup de cœur pour les Mutins de Pangée, coopérative cinématographique proposant souvent un catalogue reflétant un certain regard alternatif sur notre société - parmi les plus connus, «Tous au Larzac», «I am not your negro» ou [...]

La Cantine de minuit n° 2 (Yaro ABE)

note: 3Un plat, une histoire Marylène - 6 avril 2018

Brèves de comptoir nocturnes. Entre émotion, humour et chroniques sociales, une lecture entrainante.
Un plat, une histoire. Simple, souvent touchant, dépaysant bien entendu aussi. Verrait-on les mêmes scènes dans une gargote parisienne ? Certaines, mais pas toutes !
La cantine de minuit [...]

Seule à la récré (ANA)

note: 4... Marie-Eve - 3 avril 2018

A l'école primaire, Emma est harcelée par Clarisse, une fille de sa classe : moqueries, insultes, brimades, coups, mise à l'écart. Clarisse s'en prend à Emma car, pour se sentir mieux dans sa peau, il lui faut une personne qui [...]

Le Joueur d'échecs (David SALA)

note: 4"Le plaisir de jouer s'était mué en délectation morbide et celle-ci en esclavage." Marylène - 21 mars 2018

Une adaptation/hommage au dernier roman de Zweig. Des aquarelles superbes, mêlant des personnages expressionnistes rappelant Egon Schiele, artiste également autrichien et contemporain de Zweig, à une mise en espace à la M.C Escher. Des planches de toute beauté. Une [...]

Soufre (José Luis PEIXOTO)

note: 3... Laëtitia - 14 mars 2018

Galveias est un petit village pittoresque du Portugal, avec ses chênes lièges, ses champs, sa place du village. Le roman est divisé en deux parties : l’histoire commence en janvier 1984 comme un conte fantastique, quand une entité mystérieuse creuse [...]

Le Caire confidentiel (Tarik SALEH)

note: 3... Marylène - 13 mars 2018

Thriller politique classique sur fond de scandale sexuel, de corruption et de misère urbaine.
Alors pourquoi le regarder que vous soyez novice ou vieux briscard du polar ?
1 : On ne vous avait pas menti, le titre annonçait bien que c’était [...]

Critique

 

Correspondance, 1944-1959 (Albert CAMUS)

note: 3... Marylène - 16 novembre 2017

Un échange épistolaire en forme de fossile dans notre siècle digital. 15 années de communication couchées sur du papier sans emoticône, sans abréviation ni acronyme. Une correspondance dont on peut mesurer la longueur et la lenteur en cm d’épaisseur et en poids sur les genoux. Illisible dans les transports en commun, incompressible…Totalement inadapté à notre époque. Et c’est là aussi une partie de son charme.
Quand on pense que c’est là le fruit d’une seule liaison et que l’on sait que Camus ne s’en est pas contenté ! Combien diable de lettres a-t-il pu écrire dans sa vie ?! Camus est un fleuve. Et que dire de Casarès ? Libre, combative. Sa plume ruisselle également.
Aussi éblouissantes soient-elles, on ne m’ôtera pas de l’esprit que lire des lettres qui ne nous sont pas destinées, laisse malgré tout un sentiment de malaise. Symptôme d’une génération pré-téléréalité sans doute.
Bien-sûr, on touche souvent à l'universel sous le vernis de leur intimité lorsqu'il est question du sens de la vie, dans une société tout juste libérée des nazis mais pas encore de Franco.