Rechercher un document

On vous souffle des idées et des extraits...

Partager "L'art de voyager" sur facebookPartager "L'art de voyager" sur twitterLien permanent
Partager "Saison & sentiments" sur facebookPartager "Saison & sentiments" sur twitterLien permanent
Partager "Rentrée littéraire" sur facebookPartager "Rentrée littéraire" sur twitterLien permanent
Partager "Musique et Amérique Latine" sur facebookPartager "Musique et Amérique Latine" sur twitterLien permanent
Partager "Lisez plus loin" sur facebookPartager "Lisez plus loin" sur twitterLien permanent
Partager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur facebookPartager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur twitterLien permanent

Moins qu'hier, plus que demain (FABCARO)

note: 3... Marylène - 11 juillet 2018

BD vendue avec le bandeau « Par l’auteur de Zaï Zaï Zaï », méthode commerciale agaçante... Mais force est de reconnaître qu’il y a un vrai style Fabcaro. Et si ce n’est pour vendre, c’est au moins pour avertir. Un [...]

L'obsolescence programmée de nos sentiments (ZIDROU)

note: 3... Marylène - 3 juillet 2018

Belle BD pour évoquer ceux que l’on nomme pudiquement les seniors en public et les p’tits vieux en coulisse.
Si l’on débat souvent dans les médias des évolutions du mode de vie des enfants et adolescents, il est plus rare de [...]

Les Conquérantes (Petra Biodina VOLPE)

note: 3... Marylène - 20 juin 2018

Hommage aux militantes qui ont combattu pour obtenir le droit de vote des femmes extrêmement tardif en Suisse…1971 !
La révolution sexuelle souffle du côté de Zurich mais les femmes isolées dans des cantons ruraux sont encore loin d’en ressentir [...]

Les Derniers Parisiens (HAMÉ)

note: 3... Marylène - 20 juin 2018

Le Panam des « titis » de la gouaille, de la débrouille, de la survie. Pigalle la nuit, violence contenue et poésie clandestine. Derrière ce film de gangster qui n’en est pas un, se révèle une pépite d’émotions.
Le Paris [...]

Critique

 

Le second quatuor de Los Angeles n° 1
Perfidia (James ELLROY)

note: 4... Laëtitia - 16 mars 2016

Pour ceux qui ont lu Ellroy, «Perfidia» est le premier opus d’une nouvelle tétralogie intitulée «Le second quatuor de Los Angeles», sorte de «prequel» au «Quatuor de Los Angeles», réintroduisant ici certains de ses personnages les plus emblématiques en plus jeunes. Et pour ceux qui ne connaissent pas l’auteur, celui-ci va vous immerger dans les bas-fonds de sa ville natale, à la veille de l’attaque de Pearl Harbor, dans un climat de guerre et évoquant –ce qui est rare dans la littérature américaine et qui donc a le mérite d’être souligné- la trahison morale du pays vis-à-vis de ses concitoyens d’origine japonaise, internés dans des camps. Ce roman noir commence avec l’assassinat d’une famille de japonais, les Watanabe, et une enquête de terrain (indices, planques, indics) menée par un trio de policiers haut en couleur : William H. Parker, personnage ayant réellement existé, policier intègre qui a lutté contre la corruption au sein même du LAPD, et deux personnages de fiction, Dudley Smith, ripou opiomane et Hideo Ashida, nisei écartelé entre son désir de faire ses preuves en tant que policier de la scientifique et protéger sa famille de la répression. La guerre favorisant l’amoralisme, le lecteur va être emporté dans un maëlstrom d’intrigues proliférant telles des cellules cancéreuses, plongeant dans les microsociétés de Los Angeles : gangs ethniques, factions nazies, eugénistes, starlettes de cinéma vendant leurs charmes dans l’espoir de décrocher le rôle de leur vie, policiers corrompus, pornographes. On se laisse prendre au jeu, progressant dans l’élucidation de l’intrigue et comprenant mieux cette société trouble et multiple grâce à l’alternance des regards contradictoires, des monologues et témoignages mêlés. Et on attend avec impatience la suite!