Rechercher un document

On vous souffle des idées et des extraits...

Partager "L'art de voyager" sur facebookPartager "L'art de voyager" sur twitterLien permanent
Partager "Saison & sentiments" sur facebookPartager "Saison & sentiments" sur twitterLien permanent
Partager "Rentrée littéraire" sur facebookPartager "Rentrée littéraire" sur twitterLien permanent
Partager "Musique et Amérique Latine" sur facebookPartager "Musique et Amérique Latine" sur twitterLien permanent
Partager "Lisez plus loin" sur facebookPartager "Lisez plus loin" sur twitterLien permanent
Partager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur facebookPartager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur twitterLien permanent

Moins qu'hier, plus que demain (FABCARO)

note: 3... Marylène - 11 juillet 2018

BD vendue avec le bandeau « Par l’auteur de Zaï Zaï Zaï », méthode commerciale agaçante... Mais force est de reconnaître qu’il y a un vrai style Fabcaro. Et si ce n’est pour vendre, c’est au moins pour avertir. Un [...]

L'obsolescence programmée de nos sentiments (ZIDROU)

note: 3... Marylène - 3 juillet 2018

Belle BD pour évoquer ceux que l’on nomme pudiquement les seniors en public et les p’tits vieux en coulisse.
Si l’on débat souvent dans les médias des évolutions du mode de vie des enfants et adolescents, il est plus rare de [...]

Les Conquérantes (Petra Biodina VOLPE)

note: 3... Marylène - 20 juin 2018

Hommage aux militantes qui ont combattu pour obtenir le droit de vote des femmes extrêmement tardif en Suisse…1971 !
La révolution sexuelle souffle du côté de Zurich mais les femmes isolées dans des cantons ruraux sont encore loin d’en ressentir [...]

Les Derniers Parisiens (HAMÉ)

note: 3... Marylène - 20 juin 2018

Le Panam des « titis » de la gouaille, de la débrouille, de la survie. Pigalle la nuit, violence contenue et poésie clandestine. Derrière ce film de gangster qui n’en est pas un, se révèle une pépite d’émotions.
Le Paris [...]

Critique

 

La French (Cédric JIMENEZ)

note: 3Mafia sur la Canebière Laëtitia - 2 juin 2015

Second long-métrage d’un jeune réalisateur, «La French», sans être de la trempe d’un «Casino» de Scorsese, ne démérite pas et nous offre une plongée savoureuse et réaliste dans le Marseille des années 70 gangrené par «La French », mafia gérant le trafic d’héroïne jusqu’aux States. L’intrigue commence sur les chapeaux de roue, avec un travelling sur la plage, le long de la corniche, mettant en scène une exécution. Servi par un montage dynamique et nerveux, porté par un casting de «gueules» (Benoît Magimel en homme de main psychopathe, Gérard Meylan crédible en ripoux), le film vaut surtout pour le duel entre le juge Michel, incarné par un Jean Dujardin habité, obsédé par son désir d’éradiquer la pègre, jusqu’à être limite (filatures illégales), et le parrain Zampa, incarné par un Gilles Lelouch alternant main de fer et gant de velours pour tenir son clan. Autre intérêt du film, l’éclairage sur les ramifications de la «pieuvre» jusqu’aux plus hautes sphères politiques, et la reconstitution du Marseille des années 70, avec sa bande-son. L’ensemble, de facture classique, fera oublier quelques maladresses de débutant.