Rechercher un document

On vous souffle des idées et des extraits...

Partager "L'art de voyager" sur facebookPartager "L'art de voyager" sur twitterLien permanent
Partager "Saison & sentiments" sur facebookPartager "Saison & sentiments" sur twitterLien permanent
Partager "Rentrée littéraire" sur facebookPartager "Rentrée littéraire" sur twitterLien permanent
Partager "Musique et Amérique Latine" sur facebookPartager "Musique et Amérique Latine" sur twitterLien permanent
Partager "Lisez plus loin" sur facebookPartager "Lisez plus loin" sur twitterLien permanent
Partager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur facebookPartager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur twitterLien permanent

Moins qu'hier, plus que demain (FABCARO)

note: 3... Marylène - 11 juillet 2018

BD vendue avec le bandeau « Par l’auteur de Zaï Zaï Zaï », méthode commerciale agaçante... Mais force est de reconnaître qu’il y a un vrai style Fabcaro. Et si ce n’est pour vendre, c’est au moins pour avertir. Un [...]

L'obsolescence programmée de nos sentiments (ZIDROU)

note: 3... Marylène - 3 juillet 2018

Belle BD pour évoquer ceux que l’on nomme pudiquement les seniors en public et les p’tits vieux en coulisse.
Si l’on débat souvent dans les médias des évolutions du mode de vie des enfants et adolescents, il est plus rare de [...]

Les Conquérantes (Petra Biodina VOLPE)

note: 3... Marylène - 20 juin 2018

Hommage aux militantes qui ont combattu pour obtenir le droit de vote des femmes extrêmement tardif en Suisse…1971 !
La révolution sexuelle souffle du côté de Zurich mais les femmes isolées dans des cantons ruraux sont encore loin d’en ressentir [...]

Les Derniers Parisiens (HAMÉ)

note: 3... Marylène - 20 juin 2018

Le Panam des « titis » de la gouaille, de la débrouille, de la survie. Pigalle la nuit, violence contenue et poésie clandestine. Derrière ce film de gangster qui n’en est pas un, se révèle une pépite d’émotions.
Le Paris [...]

Critique

 

Suzanne (Marie-Ange GUILLAUME)

note: 3... Laëtitia - 5 juin 2014

«Suzanne» est une chronique familiale d’une rare intensité, tournant autour du trio père/filles. La jeune réalisatrice excelle à filmer le quotidien des gens ordinaires, son héroïne Suzanne d’abord (Sara Forestier) filmée sur un quart de siècle, que l’on voit dès les premiers plans enfant dansant lors de la fête de l’école, puis adolescente tombant enceinte et décidant de garder l’enfant, ensuite à 20 ans, plaquant tout pour un bad boy de Marseille à la gueule d’ange. Ensuite, le père veuf routier d’une grande pudeur élevant ses deux filles, incarné par un magistral François Damiens, aussi bon acteur de drame que doué pour ses caméras cachées qui l’ont révélées au grand public. Mais aussi Adèle Haenel qui n’a pas démérité son César de meilleure actrice dans un second rôle en tant que sœur de l’héroïne, à la fois douce et forte, pilier de cette famille. Et que dire de Sara Forestier, qui a là un de ses plus beaux rôles, où elle révèle toute sa fougue et son naturel d’actrice. Avec une narration qui fait la part belle à l’ellipse, avec le choix de mettre en lumière la force des sentiments (passion, désespoir) plutôt que ses conséquences (le fait de quitter travail et ville, puis la cavale), un film qui vous marquera longtemps.