Rechercher un document

On vous souffle des idées et des extraits...

Partager "L'art de voyager" sur facebookPartager "L'art de voyager" sur twitterLien permanent
Partager "Saison & sentiments" sur facebookPartager "Saison & sentiments" sur twitterLien permanent
Partager "On veut de la neige à Noël" sur facebookPartager "On veut de la neige à Noël" sur twitterLien permanent
Partager "Les meilleurs romans de l'automne" sur facebookPartager "Les meilleurs romans de l'automne" sur twitterLien permanent
Partager "Rentrée littéraire" sur facebookPartager "Rentrée littéraire" sur twitterLien permanent
Partager "Musique et Amérique Latine" sur facebookPartager "Musique et Amérique Latine" sur twitterLien permanent
Partager "Lisez plus loin" sur facebookPartager "Lisez plus loin" sur twitterLien permanent
Partager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur facebookPartager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur twitterLien permanent

Les Pieds sur Terre (Batiste COMBRET)

note: 4Don Quichotte made in Landes Laëtitia - 17 avril 2018

C’est tout d’abord un coup de cœur pour les Mutins de Pangée, coopérative cinématographique proposant souvent un catalogue reflétant un certain regard alternatif sur notre société - parmi les plus connus, «Tous au Larzac», «I am not your negro» ou [...]

La Cantine de minuit n° 2 (Yaro ABE)

note: 3Un plat, une histoire Marylène - 6 avril 2018

Brèves de comptoir nocturnes. Entre émotion, humour et chroniques sociales, une lecture entrainante.
Un plat, une histoire. Simple, souvent touchant, dépaysant bien entendu aussi. Verrait-on les mêmes scènes dans une gargote parisienne ? Certaines, mais pas toutes !
La cantine de minuit [...]

Seule à la récré (ANA)

note: 4... Marie-Eve - 3 avril 2018

A l'école primaire, Emma est harcelée par Clarisse, une fille de sa classe : moqueries, insultes, brimades, coups, mise à l'écart. Clarisse s'en prend à Emma car, pour se sentir mieux dans sa peau, il lui faut une personne qui [...]

Le Joueur d'échecs (David SALA)

note: 4"Le plaisir de jouer s'était mué en délectation morbide et celle-ci en esclavage." Marylène - 21 mars 2018

Une adaptation/hommage au dernier roman de Zweig. Des aquarelles superbes, mêlant des personnages expressionnistes rappelant Egon Schiele, artiste également autrichien et contemporain de Zweig, à une mise en espace à la M.C Escher. Des planches de toute beauté. Une [...]

Soufre (José Luis PEIXOTO)

note: 3... Laëtitia - 14 mars 2018

Galveias est un petit village pittoresque du Portugal, avec ses chênes lièges, ses champs, sa place du village. Le roman est divisé en deux parties : l’histoire commence en janvier 1984 comme un conte fantastique, quand une entité mystérieuse creuse [...]

Le Caire confidentiel (Tarik SALEH)

note: 3... Marylène - 13 mars 2018

Thriller politique classique sur fond de scandale sexuel, de corruption et de misère urbaine.
Alors pourquoi le regarder que vous soyez novice ou vieux briscard du polar ?
1 : On ne vous avait pas menti, le titre annonçait bien que c’était [...]

Critique

 

Les Pieds-noirs à la mer (Fred NEIDHARDT)

note: 3... Laëtitia - 18 mars 2014

Le titre de ce roman graphique annonce la couleur : «Les Pieds-noirs à la mer!» est le délicat slogan qui fleurissait sur certaines banderoles de la CGT sur le port de Marseille en 1962, pendant que son maire, Gaston Deferre, se fendait d’un «qu’ils aillent se faire pendre ailleurs». Lâchés par De Gaulle, forcés à un exil humiliant, certains Pieds-Noirs développent une certaine aigreur. C’est le cas des grands-parents de Daniel qui ne sont pas à un paradoxe près : le grand-père, antisémite en paroles, a épousé une Juive de Constantine qui elle, médit sur les Arabes, mais a pour amie Madame Benjeloun et parle arabe comme elle respire. Daniel, 19 ans, vient trouver refuge chez ses grands-parents à Marseille suite à une fugue.Voulant faire table rase du passé et essayer de réconcilier les communautés, il tentera de résoudre un psychodrame familial : son cousin Stéphane est sur le point d’épouser Khadija, kabyle, et pour cela est renié par sa famille (ce qui nous vaut la savoureuse imprécation de la grand-mère «Que le cul lui tombe dans un panier d’oursins»). Tout le monde en prend pour son grade, il n’y a pas les bons d’un côté, les méchants de l’autre. Du point de vue formel, on notera la prédominance d’un séquençage clair à l’aide de couleurs dominantes différentes selon les époques et les lieux, et le choix de personnages à têtes d’animaux pour dire la part d’animalité qu’il y a en chacun de nous.