Rechercher un document

On vous souffle des idées et des extraits...

Partager "L'art de voyager" sur facebookPartager "L'art de voyager" sur twitterLien permanent
Partager "Saison & sentiments" sur facebookPartager "Saison & sentiments" sur twitterLien permanent
Partager "Rentrée littéraire" sur facebookPartager "Rentrée littéraire" sur twitterLien permanent
Partager "Musique et Amérique Latine" sur facebookPartager "Musique et Amérique Latine" sur twitterLien permanent
Partager "Lisez plus loin" sur facebookPartager "Lisez plus loin" sur twitterLien permanent
Partager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur facebookPartager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur twitterLien permanent

Moins qu'hier, plus que demain (FABCARO)

note: 3... Marylène - 11 juillet 2018

BD vendue avec le bandeau « Par l’auteur de Zaï Zaï Zaï », méthode commerciale agaçante... Mais force est de reconnaître qu’il y a un vrai style Fabcaro. Et si ce n’est pour vendre, c’est au moins pour avertir. Un [...]

L'obsolescence programmée de nos sentiments (ZIDROU)

note: 3... Marylène - 3 juillet 2018

Belle BD pour évoquer ceux que l’on nomme pudiquement les seniors en public et les p’tits vieux en coulisse.
Si l’on débat souvent dans les médias des évolutions du mode de vie des enfants et adolescents, il est plus rare de [...]

Les Conquérantes (Petra Biodina VOLPE)

note: 3... Marylène - 20 juin 2018

Hommage aux militantes qui ont combattu pour obtenir le droit de vote des femmes extrêmement tardif en Suisse…1971 !
La révolution sexuelle souffle du côté de Zurich mais les femmes isolées dans des cantons ruraux sont encore loin d’en ressentir [...]

Les Derniers Parisiens (HAMÉ)

note: 3... Marylène - 20 juin 2018

Le Panam des « titis » de la gouaille, de la débrouille, de la survie. Pigalle la nuit, violence contenue et poésie clandestine. Derrière ce film de gangster qui n’en est pas un, se révèle une pépite d’émotions.
Le Paris [...]

Critique

 

Medianeras (Gustavo TARETTO)

note: 3... Laëtitia - 4 février 2014

Medianeras est un premier film argentin, dont Buenos Aires est un protagoniste à part entière. En effet, dès le générique d’ouverture et son étude sociologique des médianeras, synonyme de «murs aveugles» truffés de fenêtres insolites, de publicités clinquantes, le spectateur est plongé dans une mégapole effervescente à l’architecture bigarrée, soumise à de stricts codes sociaux. Cette chronique urbaine se double d’une comédie sentimentale, car le but du jeu est de déjouer les lois de la probabilité qui font que deux personnes vivant dans une mégapole de 3 millions d’âmes ont peu de chance de se rencontrer. Nous assistons donc au chassé-croisé amoureux de deux solitudes, celles de Mariana et Martin, jusqu’à la rencontre tant attendue. Bien qu’étant une comédie romantique, le film s’éloigne de la mièvrerie inhérente aux stéréotypes de jeunes gens en proie au doute existentiel. A découvrir.