Rechercher un document

On vous souffle des idées et des extraits...

Partager "L'art de voyager" sur facebookPartager "L'art de voyager" sur twitterLien permanent
Partager "Saison & sentiments" sur facebookPartager "Saison & sentiments" sur twitterLien permanent
Partager "Rentrée littéraire" sur facebookPartager "Rentrée littéraire" sur twitterLien permanent
Partager "Musique et Amérique Latine" sur facebookPartager "Musique et Amérique Latine" sur twitterLien permanent
Partager "Lisez plus loin" sur facebookPartager "Lisez plus loin" sur twitterLien permanent
Partager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur facebookPartager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur twitterLien permanent

Moins qu'hier, plus que demain (FABCARO)

note: 3... Marylène - 11 juillet 2018

BD vendue avec le bandeau « Par l’auteur de Zaï Zaï Zaï », méthode commerciale agaçante... Mais force est de reconnaître qu’il y a un vrai style Fabcaro. Et si ce n’est pour vendre, c’est au moins pour avertir. Un [...]

L'obsolescence programmée de nos sentiments (ZIDROU)

note: 3... Marylène - 3 juillet 2018

Belle BD pour évoquer ceux que l’on nomme pudiquement les seniors en public et les p’tits vieux en coulisse.
Si l’on débat souvent dans les médias des évolutions du mode de vie des enfants et adolescents, il est plus rare de [...]

Les Conquérantes (Petra Biodina VOLPE)

note: 3... Marylène - 20 juin 2018

Hommage aux militantes qui ont combattu pour obtenir le droit de vote des femmes extrêmement tardif en Suisse…1971 !
La révolution sexuelle souffle du côté de Zurich mais les femmes isolées dans des cantons ruraux sont encore loin d’en ressentir [...]

Les Derniers Parisiens (HAMÉ)

note: 3... Marylène - 20 juin 2018

Le Panam des « titis » de la gouaille, de la débrouille, de la survie. Pigalle la nuit, violence contenue et poésie clandestine. Derrière ce film de gangster qui n’en est pas un, se révèle une pépite d’émotions.
Le Paris [...]

Critique

 

Contes italiens (Paolo TAVIANI)

note: 3Cinéma italien Laëtitia - 2 novembre 2017

Auréolés d’un Ours d’or à Berlin pour «César doit mourir», les octogénaires mais toujours alertes frères Taviani reviennent à leurs premières amours, le cinéma romanesque, sous forme de film à sketchs.
La trame se situe dans le Quattrocento de la Renaissance, où des jeunes femmes et des jeunes hommes bien nés décident de fuir Florence ravagée par le fléau de la peste et d’attendre une accalmie dans la campagne toscane. Ils s’organisent alors en communauté et pour faire passer le temps, ils racontent à tour de rôle des histoires ayant pour thème l’amour et ses nuances, développant particulièrement le thème de l’amour plus fort que la mort. De l’amour courtois aux plaisirs de la chair, du tragique à la farce, le fil rouge de toutes ces histoires est de contrevenir à la morale bien-pensante.
Si les frères Taviani ont respecté cette vision de Boccace, leur dernier film n’en reste pas moins une libre adaptation de cinq contes du «Décaméron». Et si certains critiques ont dénoncé un certain académisme (parfois à raison) et ont vite fait de parler d’un film inégal, il n’en demeure pas moins un film atemporel qui célèbre la vie et l’amour, qui nous transporte tant par ces contes édifiants que par le soin apporté à la photographie léchée nous donnant l’impression d’entrer dans des tableaux de maîtres, et à la musique (Verdi, Puccini mais aussi de la musique moderne) mettant ces scènes en relief.
La sérénité, les nobles sentiments l’emportent ici sur la noirceur de l’âme humaine, voilà qui fait du bien et me fait préférer cette version à celle de Pasolini, plus paillarde et proche de la satire féroce.
Donc, à vous de trancher !