Rechercher un document

On vous souffle des idées et des extraits...

Partager "L'art de voyager" sur facebookPartager "L'art de voyager" sur twitterLien permanent
Partager "Saison & sentiments" sur facebookPartager "Saison & sentiments" sur twitterLien permanent
Partager "On veut de la neige à Noël" sur facebookPartager "On veut de la neige à Noël" sur twitterLien permanent
Partager "Les meilleurs romans de l'automne" sur facebookPartager "Les meilleurs romans de l'automne" sur twitterLien permanent
Partager "Rentrée littéraire" sur facebookPartager "Rentrée littéraire" sur twitterLien permanent
Partager "Musique et Amérique Latine" sur facebookPartager "Musique et Amérique Latine" sur twitterLien permanent
Partager "Lisez plus loin" sur facebookPartager "Lisez plus loin" sur twitterLien permanent
Partager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur facebookPartager "Les gens heureux lisent et boivent du café" sur twitterLien permanent

L'Esprit de famille (François BEAUNE)

note: 3... Marylène - 16 mai 2018

Nouvelle collection d’exploration chez Elizad : Histoires vraies de Méditerranée.
Un auteur à la rencontre d’un territoire méditerranéen qui ne lui est pas particulièrement familier.
C’est François Beaune, auteur auvergnat, qui inaugure la collection avec ces rencontres autour du [...]

Louis Soutter, probablement (Michel LAYAZ)

note: 3... Marylène - 5 mai 2018

Une forme oscillante entre roman et biographie, donne cet air flottant au texte de Michel Layaz. C’est que Louis Souter, cousin du Corbusier, est lui-même un personnage éthérée. Il passe de violoniste à peintre, bascule de notable à interné, perd [...]

Ces jours qui disparaissent (Timothé Le Boucher)

note: 3... Marylène - 2 mai 2018

Je croyais commencer un récit de science -fiction avant de réaliser qu’il s’agissait d’explorer le cerveau humain plutôt que le système solaire : un homme forcé de vivre partiellement sa vie, la partageant avec son double au tempérament opposé. Son [...]

Les Pieds sur Terre (Batiste COMBRET)

note: 4Don Quichotte made in Landes Laëtitia - 17 avril 2018

C’est tout d’abord un coup de cœur pour les Mutins de Pangée, coopérative cinématographique proposant souvent un catalogue reflétant un certain regard alternatif sur notre société - parmi les plus connus, «Tous au Larzac», «I am not your negro» ou [...]

La Cantine de minuit n° 2 (Yaro ABE)

note: 3Un plat, une histoire Marylène - 6 avril 2018

Brèves de comptoir nocturnes. Entre émotion, humour et chroniques sociales, une lecture entrainante.
Un plat, une histoire. Simple, souvent touchant, dépaysant bien entendu aussi. Verrait-on les mêmes scènes dans une gargote parisienne ? Certaines, mais pas toutes !
La cantine de minuit [...]

Seule à la récré (ANA)

note: 4... Marie-Eve - 3 avril 2018

A l'école primaire, Emma est harcelée par Clarisse, une fille de sa classe : moqueries, insultes, brimades, coups, mise à l'écart. Clarisse s'en prend à Emma car, pour se sentir mieux dans sa peau, il lui faut une personne qui [...]

Critique

 

Pêcheurs (Chigozie OBIOMA)

note: 3Abel et Caïn au Nigéria Laëtitia - 13 août 2016

«Les Pêcheurs» est dans la lignée des grands romans d’apprentissage du XIXe siècle et se lit comme une tragédie shakespearienne à la sauce africaine : «De la même façon qu’il y a des tragédies grecques ou shakespeariennes, les Pêcheurs est selon moi une tragédie igbo (l’ethnie dont il est issu). Cette forme littéraire ne me semble pas du tout périmée, notamment pour évoquer des sociétés telles celle d’où je viens, où la spiritualité et les superstitions continuent à jouer un rôle très important» confie l’auteur.
On suit donc l’évolution du narrateur, Benjamin, 9 ans, enfant insouciant, dont la vie va rapidement basculer. Désobéissant à leurs parents, Ikenna, Boja, Obembe et le petit Ben vont pêcher dans l’Omi-Ala, fleuve d’abord divinisé, puis maudit pendant la période coloniale. Là, ils croisent Abulu, mi clochard mi sorcier, qui lance une prédiction qui va dès lors s’insinuer tel un poison dans l’esprit de l’aîné Ikenna jusqu’à contaminer toute la fratrie. Chigozie Obioma a su insuffler une dimension tragique à ce récit d’une part par la quasi unité de lieu qui fait du roman un huis clos étouffant se passant dans la ville d’Akure, dans laquelle les voisins passent leur temps à s’épier et se dénoncer, d’autre part par la croyance en la parole la dotant d'un pouvoir performatif. Mais il sait aussi parer ce récit d’atours fantastiques, puisant dans une langue empruntant au conte africain, imagée, avec des expressions ou proverbes en igbo et yoruba. Un premier roman époustouflant, qui a été notamment en lice pour le Man Booker Prize et publié dans 26 pays.